table_salon_kazel_rue_esquermoise

Coincer la bulle

bibliotheque_lille_chambre_journal_kazel

Gueule de chat sur le canapé d’en face.
Lentement, mon café refroidit. Signe des dimanches où l’on prend le temps.
Le temps de s’éveiller, la journée durant, pour aller finalement se coucher, encore fatigué de n’avoir rien fait de concret.
Jour de flou flottement sur la partition du train train d’une vie,
où toute activité s’étire dans l’atmosphère comme les volutes de fumée d’une cigarette qui se consumerait au ralentit.
chat1-kazel-portfolio-encre
Le bruit délicat des patounes de Léto, la petite chatte qui sautille sur le lino du salon, rythme la musique de cette après midi matinale.
La cage thoracique de Romain, endormi sur le matelas au milieu de la pièce se gonfle sous la couette comme un accordéon aphone émettant des ronflements sourds.
dort-kazel-encre-portfolioLendemain de nuit de faiblesse, de tendresse, de rires, de pleurs, d’émotions trop fortes dont on s’est vidé de l’excédent du quotidien.
Planqués derrière nos verres de lumière, on s’est montré à la grande nuit.
Passionnés, égarés, passagers clandestins de l’extrême, un peu lâches, un peu déboussolés, alors aventuriers enflammés de projets farfelus pour le monde du plein jour, pour notre vie du lendemain.
Et qu’en reste-t-il à présent que l’ivresse à quitter nos petits corps ?
Une sensation de vertige qui s’estompe au fil des minutes de l’après…

 

 

kazel_blog_accueil_journalAccueil Journal

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *